Rendez vous au centre du monde version forrestière !

2h de vol, 1h de retard… bienvenue à Quito, capitale équatorienne, ville immense… juste le temps de sauter dans un taxi (qui s’est cru Schumacher) et me voilà arrivé à mon hotel.

23 Mars : Je passe la journée à visiter le coeur historique de la ville, très agréable, avec de nombreux bâtiments coloniaux, toujours autant d’église, richement décorées à l’intérieur. Il fait plutôt frais pour une ville sur la ligne de l’Equateur, mais c’est plutôt dû à l’altitude (2e capitale plus haute du monde)
Je passe ainsi la journée tranquille, en attendant Aurélie (ma comparse de Salta) qui arrive en soirée. Nous sortons boire un verre avec un autre  français, mais, manque de bol, c’est dimanche, et alcool interdit dans les bars. ça ne nous empechera pas d’avoir un cuba libre …. dans une tasse à café!

Quelques batiment de Quito

Quelques batiment de Quito

place du théatre

place du théatre

Le Palais présidentiel

Le Palais présidentiel

un des églises sur la rues aux 7 églises!

un des églises sur la rues aux 7 églises!

une autre église

une autre église

La cathédrale.. et la statue de Jean Paul II.

La cathédrale.. et la statue de Jean Paul II.

24 Mars : départ pour l’Amazonie ! nous prenons le bus pour aller à Tena, ville aux portes de la forêt équatoriale. le trajet dure 6h. Une fois arrivé, nous cherchons l’agence Ricencie, qui regroupe un petit nombre de communautés qui accueillent des touristes pour des séjours éco-solidaires. Après âpres discussions pour obtenir les renseignements voulus, nous partons dans la foulées pour la communauté de Machacuyaku..
Nous sommes accueilli par Javier et Marcia, ainsi que leurs 3 fils  et leur dernière fille. Nous arrivons de nuit, impossible de prendre conscience de ce qui nous entoure mais les bruits d’insecte sont particulièrement présents!
Et 5mn plus tard, nous faisons déjà connaissance avec une habitante des lieux : une mygale grosse comme la main sur la porte des toilettes !! mmhh

une mygale grosse comme la main

une mygale grosse comme la main

25 mars : Après le réveil à 7h30 nous faisons connaissance avec notre salle de bain : un petit torrent avec une « piscine » naturelle. Petite douche donc, dans l’eau fraîche, à la roots ! Puis nous partons  à la découverte de la forêt : la selva. 2h de marche boueuse (c’est peu dire!), Javier nous fait découvrir de nombreuses plantes aux vertues médicinales. La Guayusa, est elle une plante très utilisée, comme le thé, comme boisson chaude qui donne un peu d’énergie (les locaux commencent leur journée à 4h du matin !). Nous croisons également bananier, yucca (l’igname local), et cacaotier. Nous dégustons au passage des sortes de fèves, ou plutôt l’enrobage très sucré des fèves, tombées de l’arbre. Nous arrivons ensuite dans une grotte, lieu sacré pour le shaman de la communauté, pleine d’araignée et de chauve souris..

La maison dans la foret

La maison dans la foret

Bienvenue dans la communauté!

Bienvenue dans la communauté!

Ici la salle de bain

Ici la salle de bain

A la douche!

A la douche!

Foret secondaire

Foret secondaire

Bananiers mais surtout... cacao!

Bananiers mais surtout… cacao!

Javier nous montre l'intérieur de la cabosse

Javier nous montre l’intérieur de la cabosse

des insectes aussi.. un phasme

des insectes aussi.. un phasme

une araignée dans la grotte

une araignée dans la grotte

papillon... gros comme la main !

papillon… gros comme la main !

almuerzo, decansiado (sieste). Puis nous partons étudier de plus près les cultures de Yucca, base de leur alimentation et utilisé notamment pour fabriquer la Chicha, boisson fermentée avec une levure fabriquée à partir de pudre de banane plantain. le yucca, une fois cuit à l’eau est ensuite entreposé dans un sac avec cette levure pour 3-7jours. Le jus qui en résulte est un peu acide comme un vinaigre avec un gout d’igname… bon eux en raffolent, moi pas trop !

26 mars : levé à 5h pour gouter ensemble la guayusa préparé le matin même. le gout est agréable, comme un thé vert. retour au dodo puis après la douche et le ‘tit dej, nous nous dirigeons chez le père de Javier qui a une très bonne connaissance des plantes de la foret. nous avons droit à un massage à base de « baffe » de bouquet de feuille (très relaxant ˆˆ), puis d’un bain de vapeur, quasi nu sous des serviettes au dessus d’une marmitte où ont été ébouillantée 15 différentes espèces de plantes. un vrai hammam 100% naturel!
Puis la pluie ayant laissé place à de beaux coins de ciel bleu, nous revenons à la piscine pour un petit bain frais, entouré d’une dizaine de marmots. une vraie colonie de vacance! Puis l’après midi est  consacré à l’artisanat local. Marcia récupère une plante un peu grasse puis l’étire, la rape, et nous obtenons des fibres qui, une fois séchées, donneront des fils parfait pour la confection de bracelets, colliers… nous nous mettons donc au travail, à apprendre des boucles, utiiser des graines séchées, noires, rouges… et obtenons nos colliers fait main  !

fumigène naturellement anti-moustique, un nid de termite!

fumigène naturellement anti-moustique, un nid de termite!

comment faire un fil? en grattant une plante!

comment faire un fil? en grattant une plante!

La journée se termine avec une discussion avec Javier sur la communauté, son organisation, ses moyens de subsistance… une vie dure mais une vie proche des fondamentaux naturels !

27 mars : nuit pluvieuse ! Nous allons visiter ce matin l’école de la communauté. 4 groupes d’âge différent y sont présents. Tous sont habillés uniformément, et se lève lors de notre entrée. Loin sont mes souvenirs de l’école primaire! Nous expliquons ainsi aux enfants d’où nous venons, que faisons nous (grands yeux ébahis lorsque je leur dit que j’étais en Australie avant!). Nous avons droit ensuite à une chanson  en Quechua, (la langue andine) et les grands sourires des élèves!
Puis nous faisons une petite randonnée vers un arbre type ficus immense, 40m de haut, avec des racines s’étalant à plus de 25m du tronc! Lieu également symbolique pour le shamman!

une feuille très design!

une feuille très design!

Puis nous avons la possibilité de tester la sarbacane, l’arme de la foret, interdiction d’y toucher pour les enfants!
il y a des compet avec des sarbacanes grandes comme deux fois celle que nous avons en main… et à 50m de distance !
A à peine moins de 10m je n’ai pas réussi une fois à toucher la cible !!!

Marrant la sarbacane, mais j'suis pas très précis!!

Marrant la sarbacane, mais j’suis pas très précis!!

Puis après un almuerzo muy temprano, nous quittons Javier et sa famille, et la communauté, pour rejoindre un autre village (plus hotel que communauté), un peu plus loin. Pour ça nous longeons le Rio Napo, un des bras de l’Amazone, en pirogue à moteur !

Le rio Napo, bras de l'Amazone

Le rio Napo, bras de l’Amazone

Il nous manque plus que le chapeau colonial! Nous arrivons à Runa Wasi, déposons nos sacs puis allons visiter AmaZoonico, un refuge pour les espèces locales qui ont été blessées, abandonnées, avec pour but de les réinsérer si possible dans la forêt.
C’est pour nous l’occasion de voir des espèces rares ou présente profondémend dans la jungle, impossible à voir d’où nous sommes. Au programme, toucan, aras, perroquets divers, singes (araignées, écureuils, …) dont tout un groupe est en liberté, Anaconda, caïman, pécari, tapir, ocelot, …
C’est un bénévole qui nos fait la visite en français !

un beau toucan

un beau toucan

Le redoutable anaconda (bon cuilà ne fait que 2m!)

Le redoutable anaconda (bon cuilà ne fait que 2m!)

un gentil petit caiman

un gentil petit caiman

"Tu serais pas en train de manger mon morceau???"

« Tu serais pas en train de manger mon morceau??? »

des Aras

des Aras

Singe écureil en totale liberté !

Singe écureil en totale liberté !

fourmi d'environ 3cm!

fourmi d’environ 3cm!

Des insectes comme ça, y en a plein !

Des insectes comme ça, y en a plein !

Avant de partir, nous achetons quelques tablettes de chocolat équatorien bio.. super bon !!
repos dans les hammacs, diner et dodo !!

home sweet home

home sweet home

28 Mars : nous avons rendez vous avec un guide pour une rando à travers la forêt pour rejoindre un mirador.

vue sur la selva

vue sur la selva

L’occasion de voir de nouvelles espèces d’arbres aux vertues médicinales (anti moustique, cicatrisant ou bien bon pour les soucis d’estomac!). Puis re-pirogue, bus jusqu’à Tena, puis bus trèèèèès long pour retour sur Quito!

Category: EQUATEUR
3 Réponses
  1. Wango says:

    Oui, si tu te fais manger pas une mygale, pense à la ramener comme souvenir !

  2. mamie says:

    rien de comparable avec les petites araignées de saint auban qui te faisaient peur quand tu étais gamin
    expérience formidable, belles photos on s’y croirait

  3. lolwenn says:

    pfff la je te deteste vraiment!!!!!
    j’espere que tu vas te faire grignoter par une mygale pour que cette expédition soit un peu moins paradisiaque! MOI AUSSI JE VEUX FAIRE DE LA PIROGUE EN AMAZONIEEEEEEEEEEE!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>